Actualité

Opposition, méli-mélo à Paris

Alors que le peuple Tchadien, s’exalte au Tchad après la déclaration des juges de la Chambre Africaine condamnant l’ancien Président Hissein Habré à une peine à perpétuité, les leaders d’opinion politique se livrent à une cacophonie de communication à Paris, capitale de l’opposition et de la diaspora à défaut de pouvoir s’exprimer à N’Djamena où tout est contrôlé par Idriss Deby et son bras de représailles qui est Ahmat Mahamat Bachir, ministre de l’intérieur de son état.

Déjà que l’opposition en France et les activistes ont du mal à s’unir et se mettre ensemble, les opposants de N’Djamena viennent leur imposer des choix difficiles qui consistent à choisir des camps où les sujets de conférences importantes.

D’un côté, la conférence de presse de Saleh Kebzabo qui portait sur les élections du 10 avril dont il était le vainqueur mais que la CENI et le Conseil Constitutionnel ont validé plutôt pour le président sortant Idirss Deby.

Rien de nouveau du côté de notre vieux opposants vainqueur des élections de 1996 et de 2016 mais qu’idriss Deby et son système continuent par rouler dans la farine en volant sa victoire toutes les fois.

La seule chose qu’il faut retenir de la conférence de presse de Saleh Kebzabo, c’est qu’il est conscient que c’était sa dernière danse en tant qu’opposant d’Idriss Deby et qu’il est temps pour lui de faire appel à la jeunesse pour prendre la relève.
A ce demander, Paris est l’endroit le mieux adapter pour passer ce message et que les activistes son peut être les mieux placés pour rentrer et s’engager.
Du côté de Lazina, c’était plutôt une conférence de presse basée sur les témoignages d’un homme qui a été arbitrairement arrêté et detenu par le ministre de l’intérieur contre qui il a des preuves d’abus de pouvoir et d’utilisation des moyens de l’état.

Lazina a utilisé cette tribune pour dénoncer les abus de pouvoir des autorités Tchadiennes et aussi plaider pour un jeune qui a été torturé par Ahmat Mahamat Bachir.

Lazina a fait comprendre qu’il n’est pas venu en France pour trouver refuge. Il compte rentrer au Tchad et continuer le combat sur place contre le régime dictatorial d’idriss Deby Itno.

Déception et amertumes était ce jour et ces conférences car, une fois de plus encore les égos des Tchadiens ont battu l’intérêt général du peuple. Ces 2 conférences auraient pu être organisées ensemble par les 2 hommes politiques ce qui aurait éviter à la diaspora Tchadienne de se diviser en 2 et aussi surtout aux internautes d’avoir ce difficile choix de se connecter sur les compte de 2 activistes différents pour suivre les directs.

Il est vrai que chaque individu à 2 yeux, 2 oreilles, 2 narines etc mais ce n’est pas pour autant qu’on peut faire et suivre 2 choses à la fois.

Il est peut être temps de faire un balayage complet dans notre classe politique et ne pas tout incriminer au régime d’Idriss Deby seulement.

Si l’opposition, la société civile et les activistes ne sont pas prêts à s’unir et comprendre que c’est seulement en formant des alliances solides que l’on peut faire partir ce régime, Idriss Deby peut se reposer et dormir tranquillement car il a encore de beaux jours devant lui surtout en gardant Ahmat Bachir comme ministre de l’intérieur. Lui seul fait bien l’affaire.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Infos les plus visités

Directeur : IBANGOLO MAINA Manga Abel

Rédacteur en chef: Masbé NDENGAR

Secrétaire de Rédaction: RENDODJO Emma Klein

Webmaster: Thomas DJIMALDE

Rédaction: Mahamat Ismail YOUSSOUF, Christian ALLAHISSEM, Guillaume DILLAH MBAIHODJILE, Mahamat TOUKA

Tél:

Développeur: Red.One

Suivez-nous sur notre page Facebook

haut