Actualité

RAY’S KIM EDM met son art au service du peuple

La maison des médias du Tchad a abrité la conférence de presse de l’artiste Ray’s Kim EDM ce lundi 29 janvier 2018. Conférence autour de laquelle l’artiste se prononce sur la situation sociopolitique de son pays le Tchad.

« C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase » telle est l’expression qu’emploie l’artiste engagé Ray’s Kim pour designer la situation que traverse le Tchad aujourd’hui, lors de sa conférence de presse.

Cet échange avec les professionnels de la presse s’est passé de manière houleuse vu l’ordre du jour. Chaque participant, les panelistes donc composés d’acteurs de la société civile, le modérateur Deuh’b Zyzou en même temps chargé de communication de l’artiste et 2e porte-parole du mouvement citoyen IYINA, le syndicaliste Mahamat Nour IBEDOU, de l’artiste humoriste DIGRI PARTERRE et du célèbre « Bunda Boss » Ray’s Kim voulait exprimer son ras-le-bol.

C’est un appel à fédération de la lutte que le rappeur Ray’s Kim lance à tous les autres artistes et leaders d’opinions pour se joindre à la lutte citoyenne, afin d’interpeller le gouvernement sur les mesures impopulaires qui ne font qu’enfoncer le peuple tchadien dont la dernière mesure est le fameux « abattement de salaire » des fonctionnaires. Un appel qui, certes n’est pas tombé dans les oreilles des sourds puisque de nombreux artistes étaient présents à l’occasion, en particulier le rappeur Sultan qui ira jusqu’à proposer que les marches pacifiques ne doivent pas seulement se passer dans une heure ou deux mais elles doivent s’intensifier sur plusieurs jours jusqu’à obtenir gain de cause comme la place Tariq d’Egypte, l’avenue Habib Bourguiba de Tunisie et ou la place de l’Obélisque de Dakar. Cette lutte doit commencer et rester dans la durée.

« Nous avons une obligation »,  dit Ray’s Kim celle d’amener chaque citoyen tchadien à s’indigner et dire stop au régime autoritaire de Deby qui confisque toutes les libertés et interdit les manifestations pacifiques pourtant consacrées par l’art 27 de la constitution.

Plusieurs points de réclamation ont été à l’ordre du jour parmi lesquels l’arrêt immédiat des répressions envers la population qui exprime sa colère de façon pacifique et enfin la conférence de presse rappelons-le est une des multiples initiatives des jeunes africains frustrés comme contre les dictateurs aux pouvoirs. Après  ‘’Y’en a marre’’,’’Balai citoyen’’ respectivement du Sénégal et du Burkina Faso, les jeunes tchadiens prennent leur destin en main. La conférence s’est achevée sur une musique de Ray’s Kim produit pour la circonstance.

Anicet HABKREO

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Infos les plus visités

Directeur : IBANGOLO MAINA Manga Abel

Rédacteur en chef: Masbé NDENGAR

Secrétaire de Rédaction: RENDODJO Emma Klein

Webmaster: Thomas DJIMALDE

Rédaction: Mahamat Ismail YOUSSOUF, Christian ALLAHISSEM, Guillaume DILLAH MBAIHODJILE, Mahamat TOUKA

Tél:

Développeur: Red.One

Suivez-nous sur notre page Facebook

haut