Actualité

UNE JUSTICE AUX ORDRES. ..

Il ressort clairement que dans le chef d’accusation prononcé contre nôtre confrère Juda Allahandoum, que la justice tchadienne est devenue le jouet de l’exécutif. Elle est instrumentalisée par les tenants du pouvoir qui lui dicte la conduite à tenir dans les dossiers sensibles.

Et en l’occurrence, le sujet qui a valu l’arrestation et l’incarcération de nôtre confrère en est un.
Cette affaire est tellement corrosive que le caractère fantaisiste de l’accusation, nous édifie sur les manoeuvres qui ont prévalu et finalement abouties à cette mascarade de chef d’accusation digne d’une parodie judiciaire dont les contours sont ostensiblement dessinés par la sattrapie elle même.

Accuser un journaliste exerçant depuis des nombreuses années d’avoir << usurpé le titre et la fonction du journaliste >>, par ce qu’il a eu le courage de faire son travail qui consiste à informer sans déformer le peuple tchadien, sur vos manigances puériles et attentatoires à l’image de notre pays.
Un pays jadis, respecté et considéré et qui, aujourd’hui n’est que l’ombre de lui-même.

Comment voulez-vous qu’un journaliste sérieux ne s’empare pas d’une telle affaire?
Sa vitupération est justifiée à plus d’un titre car il s’agit de son pays aussi, chose qui semble vous échapper.

Son placement sous mandat de dépôt n’est pas justifié encore moins son incarcération.

Vous devez ordonner à votre justice de le remettre en liberté le plus rapidement possible, car aucune raison valable justifierait une telle atteinte à la liberté.

Celà, fait plusieurs semaines maintenant que Juda Allahandoum est privé injustement de sa liberté, pour avoir dit et écrit à haute et intelligible voix que derrière la décision de l’administration Trump se cache une répugnante affaire dont l’état tchadien au travers de certains de ces éléments, en est la justification première.

La liberté de la presse est non seulement bafouée mais elle est tout simplement enterrée de ce pays qui est au bord de l’explosion, tant l’asphyxie que vous imposer au peuple tchadien devient intenable.

TAHIROU Hisseine Dagga.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Infos les plus visités

Directeur : IBANGOLO MAINA Manga Abel

Rédacteur en chef: Masbé NDENGAR

Secrétaire de Rédaction: RENDODJO Emma Klein

Webmaster: Thomas DJIMALDE

Rédaction: Mahamat Ismail YOUSSOUF, Christian ALLAHISSEM, Guillaume DILLAH MBAIHODJILE, Mahamat TOUKA

Tél:

Développeur: Red.One

Suivez-nous sur notre page Facebook

haut