Actualité

L’ immigration aux USA: le Tchad Patriam Non Grata

Le fougueux président Américain Donald Trump vient d’agrandir sa liste de ressortissants des pays interdits de séjour sur le sol américain. Sur cette liste, on compte le Tchad, la Corée du Nord et le Venezuela.

Si l’on peut comprendre l’escalade de la situation diplomatique entre la Corée du Nord et les États-Unis avec les propos hors contexte diplomatiques des deux présidents Américain et Nord Coréen, on peut toutefois se poser de questions sur l’inscription du Tchad et du Venezuela sur la liste.

Rappelons que pour la première fois en 27 ans, le dictateur Tchadien Idriss Deby n’a pas pris part au sommet des Nations Unies à New-York alors qu’il étaient attendu pour son rôle majeur dans les crises et les questions de sécurité en Afrique.

Selon les informations, une cinquantaine de personnes qui devraient accompagner Idriss Deby pour le sommet s’étaient vu refuser le visa sans explication. Ce refus aurait rendu furieux le dictateur Tchadien.

Sur les trois nouveaux pays inscrits, on peut remarquer une différence : Une longue liste de ressortissants Vénézuéliens seulement sont interdits mais pour le Tchad et la Corée du Nord, aucune exception n’est faite à leurs ressortissants.

Dans le communiqué de la Maison Blanche, l’Etat Tchadien abriterait des terroristes sur son territoire. Le communiqué souligne aussi que le Tchad ne partage pas des informations avec les USA sur les questions de sécurité et de lutte anti-terroriste.

Il y a quelques mois, le Soudan était compté parmi les pays dont les ressortissants étaient interdit de visa aux USA. Après de négociations, le Soudan a été retiré de la liste noire.

Selon le Président Américain «Rendre l’Amérique sûre est ma priorité numéro un. Nous n’accepterons pas dans notre pays ceux que nous ne pouvons pas bien contrôler».

Pour le cas du Tchad, malgré les déclarations officielles des responsables Américains, on peut tout de même dégager deux hypothèses :
1. Il a été depuis toujours reproché à l’Etat Tchadien d’être en complicité avec la nébuleuse secte terroriste Nigériane Boko Haram. Selon plusieurs sources, Les armes utilisées par cette secte viendraient ou transiteraient par le Tchad.
Il n’est donc pas écarté que le Secret Service Américain serait au courant et aurait travaillé sur la question avant de prendre cette décision.

2. Il faut aussi noter qu’il y a quelque mois, l’Etat Français avait décidé de geler quelques comptes et avoirs des chefs rebelles Tchadiens en France soupçonnés d’être en relation avec les organisations terroristes qui contrôlent une grande partie du Sud de la Libye. Il peut y avoir donc une corrélation de cause à effet.

Avec cette décision, il est certain que la Corée du Nord ne va pas tarder à réagir mais qu’en serait-il du Tchad et du Venezuela ?

Le pétrole Tchadien est exploité depuis presque 15 années par un consortium Américain Exxon. Y aura-t-il une réaction du gouvernement Tchadien face à la situation où, N’Djamena se contentera de prendre note et chercher par tous les moyens à négocier ?
En attendant, la colère de Trump va peser sur les pauvres opérateurs économiques et les ressortissants Tchadiens qui ambitionnent d’aller aux États-Unis.

Ibangolo Maina Abel

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Infos les plus visités

Directeur : IBANGOLO MAINA Manga Abel

Rédacteur en chef: Masbé NDENGAR

Secrétaire de Rédaction: RENDODJO Emma Klein

Webmaster: Thomas DJIMALDE

Rédaction: Mahamat Ismail YOUSSOUF, Christian ALLAHISSEM, Guillaume DILLAH MBAIHODJILE, Mahamat TOUKA

Tél:

Développeur: Red.One

Suivez-nous sur notre page Facebook

haut