Dépêches

L’INDELICAT SOUS PREFET DE LAÏ RURAL DESCENDU COMME UN DRAPEAU

Le Sous-Préfet de Laï Rural MADANGA ASKAR qui se comportait comme un administrateur colonial est en fin relevé de sa fonction. Cet instituteur-adjoint est un très mauvais administrateur qui a de problèmes avec ses collaborateurs direct qui sont les chefs de canton de sa circonscription. Pour fait, le 07 aout dernier, il déroule un chapelet d’accusation contre le chef de canton de Dormon (dans le Sous-préfecture de Laï Rural) Djikoloum Samuel Magourna et sur son instruction, l’ANS de Laï a interpellé sa Majesté qui n’est pas en odeur de sainteté avec le Sous Prefet. Le palais cantonal a été perquisitionné. Trois armes de chasse récupérées, deux armes de guerre en mauvais état ainsi que quelques munitions. Ces armes sont utilisées par les goumiers du chef de canton dans le cadre de service pour des interventions. Au bout d’une enquête minutieuse et approfondie conduite par l’ANS pendant 10 jours sur les autres chefs d’accusations, elle innocente le chef de canton de Dormon dans son rapport final. C’est ainsi que l’ANS le 16 aout, elle présente ses excuses à sa Majesté Djokoloum et le conduit auprès du gouverneur le même jour. Celui-ci en tant que premier administrateur de la Tandjilé déplore ce qui est arrivé au chef et lui présente officiellement ses excuses et suggère au chef d’antenne ANS la restitution de quelques armes. Malgré le rapport de l’ANS ainsi que les excuses présentées à sa Majesté, le SP ne désarme pas et s’obstine dans son plan machiavélique d’en découdre avec sa Majesté. Il fait une fiche et le soumet uniquement à son complice le préfet du département de la Tandjilé-Est (Laï) Khamis Godji Nidjet. Celui-ci prend une décision et sanctionne le chef de canton en date du 22 aout dernier. Que veut exactement le SP Madanga Askar à sa Majesté Djikoloum Magourna ?

UN CRAPEAUD QUI PRETEND AVALER UN ELEPHANT

L’acte du SP envers sa Majesté n’est rien d’autre qu’un effet boomerang. En voulant s’attaquer injustement à ce colosse, Madanga Askar s’est mis le doigt dans l’œil. Le samedi 19 aout avant la cérémonie de passation de service entre le gouverneur sortant et entrant de la Tandjilé, le SG du ministère de l’administration a pris le temps d’écouter longuement le chef d’antenne ANS et le Gouverneur sortant Mbortchogué Ouaïdou à ce sujet. Dès ce jour, il ne fait l’ombre d’aucun doute que le sort de ce SP indélicat est en train d’être joué. Le SP qui ne désarme pas malgré son plan diabolique démonté, tente de faire envoyer une correspondance sur la base des informations erronées à la RNT et FM Liberté pour informer l’opinion nationale mais sans succès. Ne maitrisant pas le réseau social Facebook pour placer les images des armes saisies au palais cantonal et donner sa version mensongère, le SP se résigne et acquiesce. C’est dans cette résignation que le décret qui était une épée de Damoclès sur lui depuis quelques jours est tombé ce Mardi 05 septembre.

UN DECRET ACCUEILLI A LAÏ COMME LA VENUE DU MESSIE

Le 31 juillet 2017 lorsque le décret de mutation du Gouverneur de la Tandjilé dans le Chari Baguirmi et vice versa, le SP Madanga Askar et le Préfet Khamis Godji Nidjet qui manifestaient leurs insubordinations vis-à-vis du Gouverneur Mbortchogué Ouaïdou auraient sabré le champagne pour accueillir ledit décret. Aujourd’hui, c’est la population de Laï dans sa majorité et particulièrement celle des cantons Dormon, Mouroum-Touloum, Ninga, Gabri-Ngolo, Ngamongo et Kabalaye qui se réjouit suite à ce décret du 05 septembre  relevant le SP de Laï Rural et le Préfet de Laï de leurs fonctions. Ne pouvant pas célébrer cette bonne nouvelle avec le champagne ou le Vin Prestige (Vin de prédilection de Madanga Askar ou il ne consomme pas avec modération), elle se contente de l’alcool traditionnel. Il suffit de faire un tour à la préfecture, sous-préfecture et les différents services de Laï pour se rendre compte du soulagement avec lequel cette nouvelle est accueillie.  Le désormais ex-Sous-Préfet de Laï Rural doit tirer les leçons de ses actes et s’en prendre qu’à lui-même. Quand tu poses des actes justes et droits, Dieu est avec toi. Mais quand tu veux méchamment faire du mal à ton prochain, à ton collaborateur, Dieu t’abandonne dans cette entreprise et montre ta face cachée au monde. Madanga Askar doit faire amande honorable et faire son mea-culpa que de persister dans cette aventure sans lendemain au risque de se retrouver la tête enfoncée dans la boue de Laï. Vivement !

Dogou Djida SAMANSOU

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Infos les plus visités

Directeur : IBANGOLO MAINA Manga Abel

Rédacteur en chef: Masbé NDENGAR

Secrétaire de Rédaction: RENDODJO Emma Klein

Webmaster: Thomas DJIMALDE

Rédaction: Mahamat Ismail YOUSSOUF, Christian ALLAHISSEM, Guillaume DILLAH MBAIHODJILE, Mahamat TOUKA

Tél:

Développeur: Red.One

Suivez-nous sur notre page Facebook

haut