Actualité

La levée de la restriction d’Internet au Tchad, un ordre de l’ONU

Beaucoup de Tchadiens avaient jubilé le 2 décembre lorsqu’ils se sont rendu compte qu’Internet est rétabli et plus besoin de contourner en utilisant les VPN pour avoir accès.

On pouvait lire sur presque toutes les pages et les profils des Tchadiens résidents à N’Djamena cette surprise générale.

Depuis plusieurs mois, plus personne n’y croyait encore et surtout, les internautes Tchadiens désespéraient du fait que la communauté Internationale aurait fermé l’œil sur la censure d’Internet par le régime du président Idriss Deby quelques jours après la diffusion de la vidéo du viol de Zouhoura sur les réseaux sociaux, Facebook en particulier.

Eh bien, la levée de la restriction n’est pas un cadeau du régime d’Idriss Deby mais plutôt une exigence, voire un ordre venu droit du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU.

Dans une correspondance adressée au Président de la République Idriss Deby et son gouvernement en date du 7 novembre 2016, le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unis a donné un délai de 60 jours au gouvernement Tchadien afin de s’expliquer et donner des raisons et preuves justifiants les coupures et restriction d’Internet depuis le 27 février.

Après avoir retracé avec justesse les différentes dates, condition de restriction d’Internet et de tous les moyens de communication au Tchad par le régime d’Idriss Deby, les rapporteurs de la commission ont relevé ceci : «Depuis le 9 mai 2016, l’accès aux réseaux sociaux et aux applications mobiles, resterait bloqué. Aucune justification ou base juridique n’aurait été présentée pour justifier les perturbations mentionnées. Nous exprimons sérieuses préoccupation quant aux perturbations des réseaux Internet et téléphoniques, qui constituent des restrictions disproportionnées de la liberté d’expression, et semblent avoir été mis en place sans aucun fondement juridique. En particulier, nous exprimons des préoccupations sur le fait que ces perturbations semblent avoir été organisées et mises en œuvre de manière arbitraire. Nous exprimons par ailleurs des préoccupations sur le fait que ces perturbations ne semblent pas nécessaires pour protéger la sécurité nationale, l’ordre public ou un objectif légitime».

La commission n’a donc pas hésité à sommer le gouvernement Tchadiens de fournir :

  1. Toute information ou tout commentaire complémentaire en relation avec les allégations…
  2. Fournir toute information et fondement juridique qui justifieraient les perturbations enregistrées depuis le mois de février 2016.
  3. Indiquer enfin comment ces perturbations seraient compatibles avec l’article 19(3) du PIDCP.

Le gouvernement Tchadien ayant reçu cette lettre n’a eu d’autres réactions que celle de la panique générale car, incapable de fournir des preuves pour justifier ces restrictions qui sont des cas graves de violation de droits et des libertés des citoyens Tchadiens.

Le président Idriss Deby n’a eu d’autres choix que de demander la levée immédiate de la restriction qu’il a imposé à son peuple.

Si le combat a été gagné pour ce qui est de la restriction d’Internet au Tchad grâce à cette intervention de la commission des droits de l’Homme des Nations Unis, le combat pour les droits de manifester et de réunions publiques doit encore continuer et pour cela, les partis politiques de l’opposition, la société civile et les activistes Tchadiens doivent faire preuve d’adresse et d’union afin de faire fléchir ce régime tyrannique et despotique qui est au pouvoir depuis 26 ans.

onu-internet-tchadonu-internet-tchad-2onu-internet-tchad-3

Ibangolo Maina Abel

3 Comments

3 Comments

  1. Pingback: ½ milliards d’euros envolés, pour 235 jours de coupure Internet au Tchad – Internet sans frontières

  2. Pingback: ½ billion euros lost, for 235 days of Internet disruption in Chad – Internet sans frontières

  3. nanika

    15 avril 2017 at 23 h 43 min

    tres bien

    j’adore, merci
    [img]https://www.yadari.fr/wp-content/uploads/2016/12/onu-1900.jpg[/img]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Infos les plus visités

Directeur : IBANGOLO MAINA Manga Abel

Rédacteur en chef: Masbé NDENGAR

Secrétaire de Rédaction: RENDODJO Emma Klein

Webmaster: Thomas DJIMALDE

Rédaction: Mahamat Ismail YOUSSOUF, Christian ALLAHISSEM, Guillaume DILLAH MBAIHODJILE, Mahamat TOUKA

Tél:

Développeur: Red.One

Suivez-nous sur notre page Facebook

haut